Feeds:
Posts
Comments

Archive for the ‘lese majeste’ Category

Suwicha Takor gets 10 years in prison!

Associate Professor Giles Ji Ungpakorn

 

What kind of country and society imprisons someone for making comments on the internet? What kind of Foreign Minister encourages armed conflict with neighbouring countries in order to distract attention from internal problems? What kind of government comes to power by a combination of a military coup, two judicial coups together with street violence, bribery and threats? What kind of Prime Minister tells lies to the foreign press and Oxford academics about the state of democracy and the use of the draconian lese majeste laws? What kind of ruling class uses “the love of the King” to justify a military coup, terrorist acts by its supporters at international airports and severe censorship? Yes, Thailand is now firmly among the ranks of tin-pot despotic regimes around the world.

That the Thai ruling elite, the military and the fascist PAD yellow shirts, together with the mis-named Democrat Party, should lock up people like Suwichai Takor for 10 years is not surprising. All that Suwicha did was to post a comment about the Monarchy on the internet. The fascist PAD leaders who used street violence and blocked the airports are still free and unlikely to be put in jail. The Generals who abused their power in a coup are still racking in the money. No one should be surprised that there is no justice in Thai courts. There is no transparency and accountability of any major public institutions, including the Monarchy, the Judiciary, the Government and the Army. The judges have their own version of the lese majeste law to stifle any criticism.

What should surprise and worry us is that almost the entire Thai NGO movement, almost the entirety of Thai academia and all the mainstream media have kept silent, or worse, supported this destruction of free speech and democracy. And what should anger us also, is that Amnesty International has refused to do anything of substance to defend prisoners of conscience in Thailand.

The NGO movement turned its back on “politics” and the primacy of mass movements in the 1980s. Instead they embraced “lobby politics”. First they loved-up to the Thai Rak Thai government. Then, when they were wrong-footed by the government’s pro-poor policies that proved that the NGOs had only been “playing” at development, they rushed over to love-up to the conservative Royalists. Such an about face was only possible by ignoring politics, international lessons and any theory. NGO leaders argued that they were the true activists, not book worms or theoreticians. This is explains why they can justify to themselves the support for the 2006 coup and why they have failed to defend democracy since. Instead of bothering to analyse the political situation, they beat a path to lobby generals, governments of every shade and anyone who has power.

The academics are even worse. For decades they have shunned political debate, preferring personal squabbles to principled arguments. No one is ever forced to justify or argue for their beliefs. On the occasion when papers are written, they are descriptive and ignore work by those who pose awkward questions. So when they defended their Middle-Class interests and supported the 2006 coup, they felt no need for a serious explanation other than to say that the poor “did not understand democracy”. This un-academic behaviour has rich rewards. Many have extra earnings from collaborating with the ruling elites.

The Thai conservative elite are playing a dangerous game. They have started a civil war between the people (now represented by the Red Shirts) and the Yellow-shirted Royalists. Early in 2006 they decided that they would use extra-Constitutional means to get rid of an elected government. Their justification was the “corruption” and “abuse of power” by the Thai Rak Thai Prime Minister Taksin Shinawat. While there is much to criticise in the actions of Taksin and Thai Rak Thai, it must also be said that the conservative elites, including the Monarchy, have always been corrupt and abused their power. What they didn’t like was that someone else might be getting more powerful than them through the democratic process.

These elites have for decades ruled Thailand from behind the scenes as if it were their own personal fiefdom. A poisonous patron client network draws in new recruits to this “elite feeding trough” where fortunes are to be made at the expense of the hard-working poor. This vast parasitic organism maintains its legitimacy by claiming that Thailand has an Absolute Monarchy, where the King is an all-powerful god. Yet the King is weak and has no “character” and his power is a fiction. .Army generals, politicians, businessmen and privy councillors prostrate themselves on the ground and pay homage to the “powerful” king, while exercising the real power in the land and racking in the profits. But the King is very old and his son is hated, feared or viewed with contempt. Where will the elite’s new meal ticket come from when the King dies?

Like the story of “the Emperor’s New Clothes”, the elites relied on telling the Thai population (and maybe even the King), a pack of lies in order to promote their own agenda. The King is a God! The King is all powerful! We serve the King! And the lese majeste law and other authoritarian measures are used to back up these lies. But the boy has already spoken! Most people in Thailand can see that the Emperor has no clothes! The King hasn’t “held together Thai society”. He hasn’t created justice and equality and he has sided in public with the military and the anti-democrats throughout his reign.

But the process of destroying the corrupt, privileged and authoritarian network around the Monarchy will take time. People like Suwicha Thakor, Da torpido, Boonyuen Prasertying and many others will suffer in jail. The Red Shirts will have to mobilise and organise on a long-term basis. Meanwhile, politicians like Taksin, and many others, are still clinging to Royalist ideas, claiming to be “loyal subjects” of the King, while attacking privy councillors for planning the coup. Many Red Shirts are restless and want to go much further in order to build Democracy and Social Justice.

We must not be afraid anymore. But that is easier for me to say from the safety of Britain! We must all be the little boy who says what he sees as the Emperor walks past naked. Why should we, the Thai people, be “loyal subjects of the King”? In a democratic and equal society the King should be loyal to us. If he or any future Monarch is not prepared to listen to the people, respect the people as his master, and defend democracy, then we definitely need a republic. 3 April 2009

Suwicha Thakor condamné à 10 ans de prison!

 

Professeur Giles Ji Ungpakorn

 

Quel genre de pays ou de société emprisonne quelqu’un pour avoir fait des commentaires sur Internet? Quel genre de Ministre des Affaires étrangères encourage les conflits armés avec les pays voisins afin de détourner l’attention de problèmes internes? Quel genre de gouvernement arrive au pouvoir par une combinaison d’un coup d’Etat militaire, de deux coups judiciaires combinés à de la violence dans la rue, de la corruption et des menaces? Quel genre de Premier Ministre ment à la presse étrangère et aux universitaires d’Oxford sur l’état de la démocratie et sur l’utilisation de lois draconiennes sur les crimes de lèse majesté? Quel type de classe dirigeante utilise “l’amour du Roi” pour justifier un coup d’Etat militaire, des actes de terrorisme par ses partisans dans les aéroports internationaux et une censure sévère? Oui, la Thaïlande est désormais solidement au rang des régimes despotiques et factices du monde.

 

Que l’élite thaïlandaise, les militaires et les Chemises jaunes fascistes du PAD, avec le si mal nommé Parti démocrate, doivent enfermer les gens comme Suwicha Thakor pour 10 ans n’est pas surprenant. Suwicha n’a fait que poster un commentaire à propos de la monarchie sur Internet. Les leaders fascistes du PAD qui ont utilisé la violence de la rue et ont bloqué les aéroports sont toujours en liberté et, ils ont peu de chance d’être mis en prison. Les généraux qui ont abusé de leur pouvoir par un coup d’Etat sont toujours en train de soutirer de l’argent. Nul ne devrait être surpris par l’absence de justice dans les tribunaux thaïlandais. Il n’y a pas de transparence ni de responsabilité dans aucunes des grandes institutions publiques, que ce soit la Monarchie, la Magistrature, le Gouvernement ou l’Armée. Pour étouffer toute critique, les juges ont leur propre version de la loi de lèse majesté.

 

Ce qui devrait nous surprendre et devrait nous inquiéter, c’est que la quasi-totalité du mouvement des ONG thaïlandaises, la quasi-totalité des milieux universitaires de la Thaïlande et de tous les grands médias ont gardé le silence, ou pire, ont soutenu cette destruction de la liberté d’expression et de la démocratie. Et ce qui doit nous mettre aussi en colère, c’est qu’Amnesty International ait refusé de faire quoi que ce soit de substantiel  pour défendre les prisonniers d’opinion en Thaïlande.

 

Le mouvement des ONG a tourné le dos à la «politique» et à la primauté de mouvements de masse dans les années 1980. Ils ont alors adopté une “politique de lobby». Tout d’abord, ils ont été s’éprendre du gouvernement Thai Rak Thai, puis, quand ils ont été pris au dépourvu par les politiques de ce gouvernement en faveur des pauvres – qui ont prouvé que les ONG ont seulement été “jouer” au développement – ils se sont entichés à la folie pour les conservateurs royalistes. Une telle volte-face était seulement possible en ignorant la politique, les enseignements de la situation internationale et toute théorie. Des dirigeants d’ONG ont fait valoir qu’ils étaient « les » véritables militants, et non des rats de bibliothèque ni des théoriciens. C’est pourquoi ils peuvent se justifier de leur soutien à l’édition du coup de 2006 et c’est pourquoi ils n’ont pas réussi à défendre la démocratie depuis. Au lieu de se soucier d’analyser la situation politique, ils ont battu les chemins pour fréquenter les généraux, les gouvernements de tous bords et tous ceux qui avaient du pouvoir.

 

Les universitaires sont encore pires. Pendant des décennies, ils ont évité le débat politique, préférant les querelles personnelles à des arguments de principe. Personne n’est jamais forcé de justifier ou d’argumenter ses croyances. À l’occasion lorsque les documents sont écrits, ils sont descriptifs et ignorent le travail de ceux qui posent les questions embarrassantes. De même, ils défendent leurs intérêts de classe moyenne et ont appuyé le coup d’Etat de 2006, ils n’ont pas ressenti la nécessité d’une explication sérieuse autre que de répéter l’argument des dominants que les pauvres “ne comprennent pas la démocratie”. Ce comportement non-universitaire est riche de satisfactions. Beaucoup tirent des revenus supplémentaires de la collaboration avec les élites dirigeantes.

 

Les élites conservatrices thaïlandaises jouent un jeu dangereux. Ils ont commencé une guerre civile entre le peuple (aujourd’hui représenté par les Chemises rouges) et les royalistes en chemises jaunes. Au début de 2006, ils ont décidé d’utiliser des moyens extraconstitutionnels pour se débarrasser d’un gouvernement élu. Leur justification était la “corruption” et les  “abus de pouvoir” par le Premier ministre Taksin Shinawat et son Thai Rak Thai. Si il y a beaucoup à critiquer dans les actions de Taksin et du Thai Rak Thai, il faut dire aussi que les élites conservatrices, y compris la monarchie, ont toujours été corrompues et ont toujours abusé de leur pouvoir. Ce qu’ils n’ont pas aimé, c’est que quelqu’un d’autre pourrait être de plus en plus puissant grâce au processus démocratique.

 

Ces élites ont pendant des décennies mené la Thaïlande de derrière les coulisses comme si c’était leur propre fief. Un réseau client patron toxique attire de nouvelles recrues vers cette “élite parasitaire”, où des fortunes sont faites au détriment des pauvres qui travaillent dur. Ce vaste organisme parasite maintient sa légitimité en affirmant que la Thaïlande est une monarchie absolue, où le roi est un dieu tout-puissant. Pourtant, le roi est faible et n’a pas de “caractère” et sa puissance est une fiction. Les généraux de l’armée, les politiciens, les hommes d’affaires privés et les conseillers rampent aux pieds du roi, rendent hommage à sa “puissance”, tout en exerçant eux-mêmes le pouvoir réel dans le pays tout en amassant des fortunes. Mais le roi est très vieux ; son fils est haï, craint ou considéré avec mépris. D’où l’élite tirera-t-elle ses revenus au moment où le Roi mourra?

 

Comme dans l’histoire des ” nouveaux habits de l’Empereur”, les élites thaïlandaises répètent à la population (et peut-être même au roi) un paquet de mensonges afin de promouvoir leur propre ordre du jour. Le roi est un Dieu! Le roi est tout-puissant! Nous servons le roi! Et la loi sur le crime de lèse majesté et d’autres mesures autoritaires sont utilisées pour appuyer ces mensonges. Mais le garçon a déjà parlé! La plupart des gens en Thaïlande peuvent voir que l’empereur n’a pas de vêtements! Le Roi n’a pas tenu la société thaïlandaise ensemble. Il n’a créé ni justice ni égalité et, tout au long de son règne, il s’est rangé publiquement du côté des militaires et des anti-démocrates.

 

Mais le processus de destruction du réseau corrompu, privilégié et autoritaire autour de la monarchie, va prendre du temps. Des gens comme Suwicha Thakor, Da Torpido, Boonyeun Prasertying et beaucoup d’autres vont souffrir en prison. Les Chemises rouges auront à se mobiliser et à s’organiser sur une perspective à long terme. Pendant ce temps, des hommes politiques tels que Taksin, et beaucoup d’autres, s’accrochent encore à des idées royalistes, prétendent être de «loyaux sujets» du roi, tout en attaquant les conseillers privés pour leur implication dans la planification du coup. Beaucoup de Chemises rouges sont nerveux et veulent aller plus loin afin de construire la démocratie et la justice sociale.

 

Nous ne devons plus avoir peur. Mais cela est plus facile pour moi de le dire depuis la sécurité de la Grande-Bretagne! Nous devons tous être le petit garçon qui dit ce qu’il voit quand l’empereur se promène nu. Pourquoi devrions-nous, le peuple thaïlandais, être de «loyaux sujets du roi”? Dans une société démocratique et égalitaire c’est le roi doit nous être fidèles. Si lui ou tout autre futur monarque n’est pas disposé à écouter les gens, à respecter le peuple comme son maître, et à défendre la démocratie, alors nous avons absolument besoin d’une république.

 

3 avril 2009

Read Full Post »

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.